Intégrer les vacances scolaires à un agenda

La fin des vacances approchent et quoi de mieux pour se motiver que de connaitre les dates des prochaines vacances. Il suffit qu’elles apparaissent toutes seules sur l’agenda du téléphone.

Cela est valable aussi bien sur téléphone, sur PC ou tablette. Comme les agendas sont de plus en plus synchronisés sur les différents appareils, cela permet d’avoir toujours son agenda sous la main.

Comment procéder ?

1/ Il faut d’abord récupérer sur le site du ministère le calendrier désiré. Le format « iCalendar » (« iCal » pour les intimes) est un standard dédié aux données d’agenda. Les fichiers de ce type se terminent par l’extension « .ics » ou « .ical ».

L’intégration de l’agenda n’est possible que sur PC. L’application Agenda sous Androïd ne permet pas d’intégrer directement d’autres agendas.

 

Pour cela cliquer sur Télécharger

2/ L’importer dans l’agenda

Ouvrir l’application agenda. Ici ce sera Google Agenda.

Là il y a deux méthodes possibles : soit on importe directement le fichier (Méthode 1), soit à partir de l’URL (Méthode 2).

Méthode 1 : A partir du fichier

  • Choisir Importer

  • Choisir le fichier sur votre ordinateur et valider. Le fichier s’ouvrira et installera tout seul les dates des vacances sur votre agenda. Il suffit de le synchroniser ensuite.

Méthode 2 : A partir de l’URL

  • Copier le lien URL du calendrier
  • Cliquer sur « A partir de l’URL »
  • Coller l’URL

Sur le blog de Julien Delmas, on trouve également au même format le calendrier des jours de paie de l’Education Nationale. Il suffit de suivre la même procédure.

0

Un déménagement pas royal du tout : épisode 2

Voici la suite de mon déménagement de rêve…

Pour rappel, je devais déménager le 25 juillet, cela a été annulé la veille et reporté au samedi 27 juillet au matin puis à 16h.

Samedi 27 juillet

15h45 : Coup de téléphone

-« Bonjour ! C’est les déménageurs  (voix enjouée). Je vous appelle car on ne viendra pas aujourd’hui. On a du retard.

-Pardon ????!!!

-Oui, on est sur un autre déménagement mais promis on sera là demain matin à la fraîche.

-C’est à dire ??!!!

-Je vous promets on est là demain matin à 6h. On fait le chargement le matin et on livre vers 16h.

-Mais le camion pourra circuler ??? »

Si je pose cette question, c’est qu’en période de chassé-croisé, les camions de plus de 7,5T n’ont pas le droit de circuler le week-end.  Je vous rappelle que je fais appelle à des professionnels et que le correspondant de Bourges m’a parlé d’un camion…. .

-Oui oui, il fait moins de 3,5T. »

A ce moment-là, d’un côté je suis soulagée de ne pas avoir à faire la route de nuit, de l’autre, même si je suis agacée de ces multiples contre-temps, je n’ai pas trop le choix.

Pour la énième fois, je remets mon matelas dans ma chambre. Je file voir mon propriétaire pour lui dire qu’il me garde une nuit de plus. Gentiment il me demande si j’aurai encore de l’électricité. Cela n’était pas prévu mais oui ! Quand j’ai voulu résilier EDF en ligne c’était trop tôt pour eux et après j’ai oublié de le faire….Heureusement ! Du coup, j’ai encore l’électricité, l’eau chaude et…Internet !

Comme la veille, je file me chercher de quoi déjeuner demain matin.

Dimanche 28 juillet…..6h

Tout est prêt…..

Personne….Ma soeur Anne ne vois-tu rien venir ???

via GIPHY

Dimanche 28 juillet….7h

Toujours rien. Je rappelle les déménageurs. Qui me disent qu’ils sont à Vierzon et qu’ils seront là d’ici 30 min…Ce déménagement n’a toujours que 3 jours et 1h 30 de retard et toujours pas de geste commercial en vue….

Dimanche 28 juillet…. 7h35

Un premier fourgon arrive conduit par un monsieur ne maîtrisant visiblement pas le gabarit dudit fourgon. J’avais demandé 25m3. Ils sont venus avec 2 fourgons…On est loin du camion de déménagement attendu, mais cela explique qu’il puisse circuler un dimanche de chassé-croisé.

Des déménageurs du dimanche

L’attaché commercial m’avait dit que les gars seraient vaillants. Ils l’étaient…Quand à être des professionnels, c’est une autre histoire. Quatre gars d’origine africaine sont descendus, le plus gringalet avec son gilet chronopost sur le dos.

Les 4 ont autant d’expérience en déménagement qu’une équipe de joueurs d’échecs. Il n’y a que 3 couvertures sales pour 2 fourgons et aucune ne servira à couvrir et protéger mes meubles comme le contrat le prévoit. La seule table qui sera protégée sera ma petite table allemande avec un plateau en verre que j’ai moi-même recouverte d’un plaid.

J’ai du dire à chacun des quatre gars de ne pas oublier ma machine à laver dans la salle de bain…

Au lieu de commencer par embarquer les gros meubles, ils ont commencé par les cartons. Les cartons sont portés sans ménagement ni aucun intérêt pour les mentions fragiles. L’un des cartons est énorme est lourd. Je n’ai pas eu le choix car il regroupe la plaque chauffante et la hotte qui ne rentraient pas dans des cartons standard. Ils ne m’ont pas écouté…Le plus frêle d’entre eux a voulu le porter seul, il a manqué de se le faire tomber sur les pieds…Heureusement que le « chef » est arrivé à la rescousse.

Le chef me dit que tout ne rentrera pas et me demande quelle est ma priorité. Je réponds les meubles….Je crois que j’aurais aussi vite fait de ne rien répondre vu qu’ils ont continué à charger les cartons. Le camion est chargé en dépit du bon sens. Il n’y a aucune optimisation de l’espace, aucun soin. Le premier fourgon est rempli. Il reste encore plein de choses à charger…J’angoisse. L’un d’eux porte le carton contenant la télévision d’une main comme si il s’agissait d’un paquet de biscuits; le troisième a toutes les peines à manœuvrer le pauvre Peugeot Boxer pour le rentrer devant chez moi (alors que le livreur de bois rentrait à l’aise son camion avec les 5 stères de bois). Je suis à deux doigts de lui dire que je vais la faire moi la manœuvre !

Mes affaires  dont les meubles sont bourrés sans ménagement dans ce fourgon. Une fois plein. Le « chef me demande l’adresse de livraison et …la route à prendre. Je n’ai toujours pas vu ni signé la moindre lettre de voiture.

La lettre de voiture est un document contractuel obligatoire prévu par la législation française. L’article 6 de l’arrêté du ministère de l’équipement et des transports, prévoit que « les transports de déménagement, c’est-à-dire les transports de meubles ou d’objets mobiliers effectués au départ ou à destination d’un garde-meubles et, lorsque l’expéditeur est également le destinataire, les transports de meubles ou d’objets mobiliers usagés en provenance et à destination d’un local d’habitation ou d’un local à usage professionnel, donnent lieu à établissement d’une lettre de voiture de déménagement ».

Il m’annonce qu’il ne prendra pas l’autoroute car la route est bonne et qu’il économise ainsi le péage. On regarde son trajet sur….Google maps…

 

Le camion et mes affaires prennent la route du Sud-ouest….ce n’est pas pour autant que l’histoire se termine là…..Article à venir

 

0

Un déménagement pas royal du tout : épisode 1

Dernièrement j’ai du déménagé comme des milliers de personnes dans le monde. Mais je pense que peu de personnes ont vécu un déménagement aussi mouvementé et plein d’imprévus et d’amateurisme.

La dernière fois que j’ai du déménagé, j’avais fait appel à un déménageur pratiquant le groupage. C’est à dire que mes 20m3 permettaient de finir de compléter un camion à moitié vide d’un autre déménagement se trouvant dans ma zone géographie. Cela permet de baisser les coûts et rentabilise les trajets. Tout c’était bien passé même si les déménageurs parlaient mieux roumain que français.

Cette fois, j’ai voulu faire pareil. Mais je n’ai pas retrouvé l’entreprise. Google étant un ami (qui ne vous veut pas forcément du bien), j’ai trouvé un site proposant des devis de différents déménageurs tous agréés ou conseillé par l’officiel du déménagement, ce qui me semblait une valeur sûre. 

Le choix délicat

Après avoir reçu différent, il restait 2 entreprises sur ma liste, une entreprise familiale de la région toulousaine et DEMEFRANCE qui avait un correspondant local dans ma ville. L’Education Nationale n’étant pas très généreuse et n’avançant pas les frais de déménagement, j’ai choisi celui me proposant les meilleurs facilités de paiement.

Tout avait bien commencé. Le tarif correspondait à ce que j’avais payé 5 ans avant pour la même distance malgré un cubage légèrement plus important de 5m3. J’ai choisi la formule éco, car le démontage des meuble et la mise en cartons étaient faites par mes soins.

La date prévue est le 25 juillet 2019 pour le chargement et le 26 juillet 2019 pour la livraison. L’heure de venue du camion devant m’être préciser quelques jours avant.

J-7

Je reçois comme convenu le mini pack cartons contenant 5 grands cartons, 2 petits, 1 rouleau de scotch et 1 housse de matelas directement livré à la maison.

Mercredi 24 juillet….Le début du cauchemar

10h : Tout est emballé. Je suis prête pour le déménagement. Coup de téléphone de la logistique : 

« – Bonjour Madame ! Mauvaise nouvelle votre déménagement ne se fera pas demain !

-Pardon ?

– Oui, avec la canicule on a du retard à cause d’un déménagement de 63m3 au 5e étage avec un ascenseur en panne. Mais on peut trouver une autre date pour vous….(Il y a plutôt intérêt oui !) Hummm…Samedi matin ça vous irait (cela m’arrange pas vraiment car je suis invitée chez des amis, mais bon pas le choix).

– Vous êtes sûre que c’est bon pour samedi matin ?

– Oui, oui

-Et la livraison est pour quand ?

-Euh…je ne sais pas je vais me renseigner… »

Alors déjà prévenir d’une annulation 24h avant c’est moyen, mais en  plus ne pas avoir sous la main toutes les informations à donner au client c’est pire ! On dirait une stagiaire !

« -Bon alors la livraison se fera dimanche

-ok. Donc il faut refaire les autorisations de stationnement.

-ah ben oui….je vous envoie un mail de modification des dates »

14h30….Toujours pas de mail. Je rappelle le correspondant local qui est tout surpris de cette annulation. Il m’assure que j’aurai le mail d’ici 1h.

16h ….Toujours pas de mail…Je le rappelle. Il passe une soufflante et m’assure que je vais recevoir le mail d’ici 5 min…ce qui sera le cas. Je lui fais part de mon mécontentement sur le non professionnalisme de cette dame. Il m’assure que les déménageurs seront vaillants et costauds et s’étonne lui aussi de la livraison le dimanche car…c’est un week-end de chassé-croisé et les camions n’ont pas le droit de circuler.

Vendredi 26 juillet

J’ai raté le matin l’appel m’indiquant l’heure de venue des déménageurs. Je ne vois qu’à 18h le mail m’annonçant que les déménageurs seront là à….16h.

On est loin du samedi matin ! Cela veut dire que je vais devoir faire Bourges Bordeaux de nuit avec un chat pas habitué à la voiture en ayant fait le ménage et l’état des lieux à pas d’heure pour réceptionner aux aurores mon chargement. Non seulement je rate la chouette invitation à laquelle j’étais ravie d’aller mais en plus je vais devoir rouler de nuit…Un pur bonheur…

Samedi 27 juillet

Je file faire une ou deux courses pour manger le midi et pique niquer en route. Depuis lundi, ayant vendu mon lit, je dors sur un matelas par terre. Certes il est confortable mais l’enlever et le remettre dans la chambre à chaque annulation devient lassant…Je fais du camping chez moi…Heureusement que mon propriétaire est cool et que j’ai donc un toit sur la tête.

Tout est prêt….Rideaux défaits, meubles démontés, trajets à la décheterie ok….J’attends 16H.

15h45….Article à venir !

 

 

 

0

Mon premier tote bag

Avant de me lancer dans la fabrication des lingettes lavables, il a fallu que je prenne la machine à coudre en main. Autant la partie « mécanique » de la mise en route , en bonne bidouilleuse ne me posait pas de problème autant la partie couture me semblait compliqué. Alors j’ai pris un cours de 2h auprès d’une grande enseigne de tissus.

Le cours

Pour participer à cet atelier, il fallait avoir le nécessaire pour une première fabrication qu était automatiquement un tote bag. J’avoue avoir été un peu déconcertée, moi qui voulais juste apprendre à coudre des lignes droite pour mes 2 projets en vue.

J’ai pris le cours débutant, mais il s’est avéré assez rapidement que l’utilisation de la machine et les règles de bases de la couture ne me posait aucun problème. J’ai fini par aider les autres participants !

Leçon du jour

  • comment faire le point d’arrêt : On fait un point puis on recule d’un point
  • Comment surfiler
  • Comment faire a couture en angle : On arrête de piquer, on relève le pied presseur, on tourne le tissu, on abaisse le pied presseur. On s’assure manuellement que l’aiguille tombe bien où on veut.
  • Comment faire une canette : Insérer le fil sur le support, mettre la canette à l’emplacement prévu à cette effet, et mettre la machine en route. Il faut accompagner le fil pour faire une canette harmonieuse.

Matériel

  • 2 carrés de 45 cm *45 cm d’un tissu pour l’extérieur
  • 2 carrés de 45 cm *45 cm d’un tissu pour la doublure
  • du fil
  • 1m50 de sangle
  • 1 bouton
  • 1 reste de tissu pour les poches
  • de la lie

Réalisation

1/ Découper dans les tissus les 4 carrés de 45 cm *45 cm

2/ Les disposer envers contre envers. Bien les épingler

Mettre les épingles perpendiculaire au tissu. Comme cela, on peut coudre par dessus sans problème.

3/ Faire le point d’arrêt et coudre les 3 côtés.

4/ Surfiler les côtés

5/ Retourner le tissu. 

6/ Faire la même manipulation pour l’intérieur.

La doublure

1/ Découper le tissu pour les poches.

2/Faire un petit ourlet propre.

3/ Positionner les poches sur la face extérieur du tissu à l’aide d’aiguilles, puis passer le tissu à la machine à coudre

4/ Retourner le tissu de la doublure. Le positionner dans le sac et le fixer à l’aide d’épingles

5/ Couper la sangle en 2 morceaux égaux.

6/ Positionner la sangle entre la doublure et le sac d’un côté à l’autre d’une face du sac. On obtient ainsi la 1e anse du sac. Reproduire la même opération sur la 2e face du sac à l’aide du 2e morceau de sangle.

7/ Coudre le sac, la doublure et la sangle à la machine

Les finitions

Afin de rendre le tote bag plus solide et pratique j’y ai ajouté deux ou trois petites choses : 

J’ai renforcé la fixation des anses en cousant la sangle directement sur le sac.

Pour la fermeture du sac, j’ai procédé en deux étapes :

  •  Coudre un bouton au milieu de la face avant du sac avant.
  • Pour fermer le sac, faire 2 entailles dans la face cachée du sac 
  • A l’aide d’une épingle à nourrice, insérer la lie dans l’entaille et tourner le nœud de façon à le cacher dans la doublure.

 

 

0

Fête du cinéma 2019

Du dimanche 30 juin au mercredi 3 juillet  aura lieu la Fête du cinéma. Toutes les séances de tous les films sont à 4€ l’entrée, quelque soit l’âge du spectateur. L’occasion de profiter de la sortie de gros films et de la climatisation du cinéma.

Dans les cinémas CGR, ce tarif concerne également les salles particulières telles que les salles ICE (Immersive Cinema Experience ) qui sont en temps normal à 12€ en plein tarif, 10€ en tarif réduit.

 

0

Les lingettes lavables

Suite à ma mésaventure avec le coton de tige, j’ai décidé de me faire un kit pratique et durable pour l’entretien de Tic et Tac mes appareils auditifs  en réalisant des lingettes lavables . 

Matériel

  • 1 coupon de tissu
  • 1 vieille serviette éponge
  • 1m de lie
  • ciseaux
  • machine à coudre

Préparation

 

1/ Faire le gabarit en carton à l’aide du modèle accessible ici. Elles font 10 cm sur 10 cm mais on a besoin de carré de 12 cm sur 12 cm.

2/ Tracer les contours du gabarit sur l’envers du tissu et de la serviette

3/ Découper les deux tissus en suivant les fores tracées à l’étape 2

4/ Mettre un carré de tissus et de serviette envers/contre-envers, c’est à dire côté non imprimé du tissu contre côté « rêche » de la serviette

5/ L’épingler sur 2 côtés

6/ Coudre 3 côtés intégralement. Le 4e doit être fait en partie seulement de façon à pouvoir retourner le tissu. 

L’astuce consiste à commencer en bas du coté et de terminer le tour par le haut jusqu’à 2 cm. On commence toujours pars un « point d’arrêt », c’est à dire qu’on pique 1 point ou 2 en avant puis 1 en marche arrière.

7/ Retourner le tissu par l’ouverture laissée. Bien former les angles à l’aide de la pointe du ciseau ou d’une baguette chinoise.

8/ Insérer la lie dans l’ouverture en formant une boucle.

9/ Commencer à piquer le tissu en commençant par le côté où il y a la lie. Cela permet de refermer l’ouverture.

Et c’est terminé ! Elles sont jolies, pratiques à utiliser et faciles à laver. J’ai choisis d’y ajouter une petite bride pour pouvoir le pendre facilement pour par exemple les faire sécher en voyage. Bonne bidouille !

0

Adieu coton de tige !

Le coton de tige il y en a dans toutes les salles de bain. Enfin, il y avait dans toutes les salles de bain et trousse de toilette car il est désormais banni de la mienne.

Pourquoi me direz-vous ? Parce qu’il n’est pas écologique ? Parce qu’il peut rentrer trop long dans l’oreille  et blesser le tympan ? C’est en partie pour toutes ces raisons que je ne m’en sers plus mais surtout suite à une de mes mésaventures en voyage scolaire.

Mais où est passé le coton ?

Lors  d’un voyage scolaire à Paris, nous étions logés nos 43 élèves et nous  en auberge de jeunesse. Le soir tombe après une journée bien chargée, enfin au calme dans notre chambre, je me prépare à aller me coucher.

J’enlève mes appareils auditifs, les nettoie avec la lingette jetable prévue à cet effet, tout en papotant avec ma camarade de chambrée. L’air de Paris, la pollution a du m’assécher les oreilles qui me démangent. Je décide de les hydrater à l’aide d’un coton de tige imbibé d’huile d’amandes douces.

Je bavarde tout en faisant aller et venir le coton de tige au debut du conduit de ma seule oreille en état de marche. Premier aller-retour, tout va bien. Sauf qu’au troisième je me rends compte que le coton n’est plus au bout du bâtonnet ! il me reste que le bâton. Le coton est dans mon oreille !

Au secours ! Ma camarade de chambrée me dit qu’elle ne le voit pas….Me voilà imaginant le scénario catastrophe : devoir quitter le groupe pour aller aux urgences à cause…d’un coton de tige ! Heureusement, grâce à l’huile en massant l’oreille, le coton remonte et Valérie, ma sauveuse, a réussi à le rattraper à la pince à épiler (Merci Valérie ! ). 

Cette mésaventure m’a obligé à chercher une alternative au coton de tige …et j’ai trouvé et fabriqué un kit de voyage.

Matériel

  • un petit pinceau à maquillage
  • 1 stylo bille type gel
  • 1 tube échantillon de parfum
  • de l’huile d’amande douce 

Mode d’emploi

1/ Démonter le stylo. il faut qu’on puisse dévisser la mine.

 

2/ Enlever la mine du stylo

3/ Glisser le pinceau mine en avant dans le tube du stylo

4/ Revisser le support de mine et mettre le bouchon

5/ Verser l’huile dans le tube d’échantillon de parfum que vous aurez bien nettoyer avant.

Pour appliquer l’huile, il suffit de sortir le pinceau du crayon, d’en tremper la pointe dans le tube d’huile et le passer le pinceau sur la paroi du conduit auditif.

Afin de compléter ce kit de voyage, j’ai réalisé des lingettes qui feront l’objet d’un prochain article.

1

Je veux manger ton pancréas

A l’occasion du festival «  les saisons Hanabi «  qui se déroule du 5 au 18 juin 2019 en France, je suis allée voir : « Je veux manger ton pancréas » Vous allez me dire « Euh, mais c’est quoi le titre bizarre de ce film ? » J’avoue ce titre ne fait pas rêver, mais il s’explique tout fait quand on a vu le film.

Initialement prévu pour une sortie en août prochain, le film d’animation sortira finalement en salles le 13 novembre en France. Je l’ai donc vu en avant-première en vostfr. 

« Je veux manger ton pancréas » est  l’adaptation en long métrage animé du roman Kimi no suizô o tabetai (Je veux manger ton pancréas) de Yoru Sumino sorti en 2018 au Japon et 2019 en France. Il est sorti en version live l’an dernier en France. Une adaptation en manga en 2 volumes, signée Idumi Kirihara, est parue dans le magazine Monthly Action de Futabasha d’août 2016 à mai 2017. 

L’histoire

L’histoire est racontée du point de vue du jeune homme alors qu’il trouve un journal intime dans un hôpital. Ce journal est celui de Sakura Yamauchi, qui souffre d’une maladie incurable du pancréas, et à qui il ne reste vraisemblablement plus que quelques mois à vivre. Elle souffre d’une maladie incurable et à part sa famille n’est au courant.  Il promet alors de garder le secret. Malgré leurs personnalités opposées, il décide de rester auprès de Sakura pour le temps qu’il lui reste à vivre. Sa rencontre avec ce garçon solitaire, introverti, fou de littérature va être une découverte pour les deux. Plus sa maladie avance, plus lui s’ouvre peu à peu au monde qui l’entoure.

(Désolée je n’ai pas trouvé de trailer en VOSTFR)

Un film touchant mais pas larmoyant

Cette histoire n’est pas sans rappeler L’écume des jours de Boris Vian où Colin fait son maximum pour Chloé atteinte elle-aussi de maladie incurable. Mais là où Colin est larmoyant, notre héros ici a totalement accepté la maladie de Sakura. 

Même si l’idée de la mort est présente tout le long, elle ne rend pas le film larmoyant. C’est une fin inéluctable qui arrive à tout le monde, juste plus ou moins tôt. On s’attarde ici sur le temps passé ensemble à profiter de la vie comme autant de ça de pris sur la maladie et la mort. Les couleurs sont lumineuses et l’ambiance musicale accompagne bien ces moments de découverte du monde (pour lui) et de réaliser ces rêves pour elle.

La fin n’est pas exactement celle attendue. D’ailleurs, elle est différente de celle du film en action live. Alors oui, on pleure les 20 dernières minutes. Mais on pleure non pas pour se lamenter sur la mort de Sakura (ce n’est même pas un spoil car dit maladie incurable dit mort certaine). On pleure sur le chagrin de ceux qui reste, sur le message postum-mortem, plein d’espoir que transmet Sakura. 

L’histoire est-elle gnagnan ? 

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, on n’est pas dans une histoire d’amour, une romance. Leur relation est très chaste, même si toute leur classe est persuadée qu’ils sortent ensemble. On retrouve ici le bon vieux cliché qui veut qu’une simple amitié fille/garçon ne soit pas possible.

La scène de l’hôtel peut paraître puribonde pour des occidentaux, mais elle correspond aux codes sociaux japonais. Les relations à l’autre sont très codifiés, le contact physique n’est pas perçu pareil.

Alors oui, le film joue un peu sur les sentiments, mais toujours à bon escient. Mais il m’a toujours moins fait pleurer que Gen d’Hiroshima ou mon préféré : Le tombeau des lucioles.

 



0

After

Quand on voyage, le temps passe plus vite en lisant. En avion, train, bus bateau ou hamac, je lis partout et à peu près tout et n’importe quoi.

Aujourd’hui, cher lecteur, nous allons partager ma lecture fou rire du jour : After d’Anna Todd.

Cette série de romans est dans la veine des Twilight et des 50 nuances de Grey. Il s’agit d’une Fan fiction écrit sur Wattpat. Pour la définir rapidement c’est un Harlequin en 5 tomes (4 pour la version anglo-saxon) mais avec des scènes de sexe explicites L’image de la femme, de l’amour et du couple y est largement déformée. 

Mords moi !

On peut décrire Twilight de la façon suivante.

Tome 1 : « Oh qu’il est beau mon vampire phosphorescent ! « .

Le vampire en question s’introduit en douce dans la chambre de Bella pour la regarder dormir…Sérieusement qui dort avec un glaçon phosphorescent ? Et surtout depuis quand c’est romantique un mec qui s’introduit comme un voleur dans une chambre. Bon ok, dans Buffy contre les vampires, Angel fait la même chose…Mais justement on sent bien l’angoisse de Buffy…Là, Bellà, elle trouve cela normal !

Tome 2 :  » Snif ! mon vampire est parti…oh…un beau loup garou torse nu ! » Bella se console dans les bras du 1e loup-garou qui passe torse nu.

Hep ! oui il est beau mais revenons à nos moutons !

Tome 3 : « Mon vampire est revenu. Il m’a enfin mordu et on a un enfant. Ma fille de 5 ans est le grand amour de mon ex, le loup garou torse nu car…elle l’a touché »  (Petite note aux parents : ne jamais laisser sa fille caresser un chien sauf si vous le voulez comme gendre).

L’écriture est mauvaise, les personnages et l’histoire ne sont pas très travaillés. Bref, je n’ai pas pu aller plus loin que le tome 1. Ce qui est déjà bien plus que l’oeuvre suivante,encore plus mal écrit mais destiné à un public plus âgé : Cinquante nuances de Grey…

50 nuances d’ennui

L’histoire : Anastasia Steele, la vingtaine passée, jeune femme vierge et naïve, croise un beau gosse riche, Christian Grey avec des pratiques sexuelles…particulières. Le gars est tellement sûr de lui et de son charme qu’il lui fait signer un contrat d’exclusivité !

Son charme parlons-en. Il passe son temps à lui offrir des cadeaux chers et à la fliquer. A aucun moment il ne la considère comme une adulte, mais plus comme un objet sexuel de plus à mettre dans sa chambre bizarre.

Méthode de drague du psychopathe…

Vous me direz elle n’est pas très futée non plus. Qui accepterait que son amoureux choisisse son médecin, ce qu’elle doit manger, qui elle doit voir etc…Le Christian, là, il a tout d’un bon psychopathe.

Quand aux scènes dites crues, elles n’ont rien d’affriolantes. Même un Harlequin est plus suggestif ! Je ne vois pas bien où est le romantisme dans cette affaire que vous trouverez fort justement résumé ici. D’ailleurs, je vous invite à lire sa version parodique qui démontre bien l’absurdité de l’oeuvre : 50 nuisances d’Earl Grey.

Et après….

Venons en au thème du jour : After 

L’histoire :Dès son entrée à l’université, Tessa fait la connaissance d’Hardin, un étudiant britannique au charme dévastateur. Avec ses cheveux bouclés et ses tatouages, Hardin est aux antipodes de son amoureux actuel. Tessa ne peut nier son attirance pour lui: quand ils s’embrassent, elle chavire, consumée par le désir. Mais plus elle cherche à se rapprocher de lui, plus l’étudiant rebelle la repousse…, pour mieux la rattraper quand elle se résigne à prendre ses distances. Tessa est troublée par l’attitude condescendante d’Hardin, à la limite de la cruauté. Elle a déjà un compagnon parfait, qui ne souhaite que son bonheur. Pourquoi risquerait-elle de le perdre ? Qu’éprouve-t-elle vraiment pour Hardin: une attirance physique puissante, mais passagère, ou un amour sincère et profond ?

Cela c’est le résumé version éditeur de l’histoire. La mienne serait plutôt la suivante : 

Theresa/Tessa/Tessie, fan du look mémère entre à la fac. Elle est en « couple » avec son ami d’enfance, Noah. J’ai mis des guillemets car c’est un couple type élève de 6e, je te fais des bisous sur la bouche et c’est tout. Elle est vierge (et pas du signe astrologique hein !).  Alors évidemment quand elle rencontre à une soirée étudiante, le bad boy du coin, accessoirement fils du président de la fac qui lui fait du rentre dedans elle perd la tête (Attention spoil): 

1/ Le mec l’emmène en balade au bord de la rivière et hop elle perd sa petite culotte !

2/ Du coup, elle a un peu vite oublié son cher Noah et devient fétichiste des T-shirts noirs plus ou moins propres d’Hardin

3/ Comme dans 50 nuances de machin, le gars lui dégote un stage et il emménagent ensemble 3 semaines après leur 1e rencontre.

4/ Tess a quasiment sa chambre chez les parents de son nouveau mec qui trouve ça normal de la voir débarquer tous les 4 matins.

5/ Hardin prend l’avion pour l’Angleterre comme on prend sa voiture pour aller faire ses courses 

6/ Tess a un look de fille bien coincée, découvre sa marque fringue préféré. A la longue c’est saoûlant.

7/ Il lui fait des crises de jalousies à longueur de temps et …ils passent leur temps à s’engueuler.

8/ Ils consomment en 6 mois une quantité d’alcool assez considérable au point que je me suis demandé si le père alcoolique de Tessa n’était pas le plus sobre !

Bref je vais arrêter là sur l’histoire. Ce qui m’a vraiment gênée, c’est la temporalité. Entre le tome 1 et le tome 2 on s’attend à ce qu’il se soit presque passé 1 an et non ! Sur les 5 tomes, il ne se passe réellement que 6 mois ! Exception faite dans le tome 5 où les 30 dernières pages sont de gros gros sauts temporels : 5 ans plus tard, 10 ans plus tard etc… 5 tomes c’est long pour mettre en place des personnages. Cette fin m’a fait un peu penser à la fin d’Harry Potter. Un sentiment de truc bâclé.

Je comprends qu’un Harlequin un peu plus chaud que le roman sentimental habituel attire. Ce n’est pas si mal écrit que ça. L’alternance de narrateur est une bonne idée même si pour moi Tessa reste nunuche. Il y a un petit côté conte de fées noir. Il faut que cela finisse bien malgré les malheurs d nos héros. Même dans la pire situation, Tessa a une bonne étoile. A ce stade là moi, je sais pas qu’elle joue au loto !

Et après le film ?

Je n’ai pas vu le film et je n’en ai pas envie. Je ne vois pas bien comment rendre cette histoire gnagnan dynamique et intéressante à l’écran. J’ai même l’impression qu’ils ont du légèrement modifier l’histoire pour avoir un scénario valable.

Je vous laisse juger de cette affaire !

0

Les boucles d’oreilles fleur

Voici ma dernière création qui date d’un petit moment déjà.

Matériel

Pour cette réalisation, il faut :

  • du ruban
  • des perles
  • un support de bague
  • du fil et une aiguille
  • de la colle
  • des tiges à boucles d’oreilles
  • des anneaux et des supports à boucles d’oreilles

 

Réalisation

A) Les fleurs

1/ Couper une bonne longueur de ruban

2/ Faire une boucle avec ce ruban. La fixer à l’aide d’un point de couture.

3/ Renouveler l’opération jusqu’à la fin du ruban.

4/ Enrouler les plis pour constituer la fleur et fixer les 2 extrémités à l’aide d’un point de couture

On va commencer par la plus facile des réalisations : la bague

B) La bague

1/ Coller la fleur sur le support de bague à l’aide du pistolet à colle

2/ Laisser sécher

3/ Coller la perle au centre de la fleur à l’aide du pistolet à colle

Voilà la bague est prête !

Passons maintenant à la suite :

c/Les boucles d’oreilles

1/ Coller la perle sur la fleur à l’aide du pistolet à colle

2/ Passer la tige de la boucle d’oreille à travers au moins 2 coutures du ruban

3/ Assurer la fixation à l’aide d’un point de colle

4/ Replier la tige en formant un anneau

5/ Insérer un anneau dans l’anneau de la tige. Y insérer le support de boucle d’oreille

Il faut bien faire attention au sens des anneaux de fixation sinon la boucle d’oreille pendra de travers.

Il faut veiller à ce que les trous de la perle soient bien cachés par le ruban.

0