Prix collégiens Lecteurs de Gironde 2022

Cette année encore, je participe au prix collégien Lecteurs de Gironde. Voici une petite présentation des livres en lice : 

Scarlett et Novak

L’histoire commence par Novak qui court à perdre haleine. Il est poursuit par des hommes qui semblent en avoir après lui. Mais il n’est pas seul, il a avec lui Scarlett. Elle est son phare, sa lumière dans la vie de tous les jours. Cette intelligence artificielle lui veut-elle seulement du bien ?

Je n’ai pas accroché à l’histoire. Le livre est court, bref, dense mais cela ne masque pas l’indigence de l’histoire. Elle aurait méritée d’être approfondie, plus réfléchie. Ce livre nous laisse sur notre faim alors qu’il y avait tant de possibilité sur cette histoire d’IA et de data qui sont partout dans notre vie moderne.

https://www.franceculture.fr/emissions/fictions-samedi-noir/scarlett-et-novak-de-alain-damasio

Le camping hanté

Thibald, 13 ans, part camper dans la nature pour la première fois seul avec  les jumeaux Tom et Sacha, et Juliette. Malheureusement, un intrus prend part à l’expédition : Juliette a dû emmener Aymeric, son frère surdoué. Personne n’aime Aymeric, il est trop bizarre… il passe son temps à peindre des créatures fantastiques sur des cartes. Il a même emmené son matériel de peinture pour aller camper, quelle idée !

 

 

 

Le syndrome du spaghetti

Léa, 16 ans, a un avenir tout tracé dans le basket professionnel. Elle vit dans une petite banlieue pavillonnaire. 

Anthony,17 ans, vit mal l’absence de son père et aux gardes à vue de son frère, ne rêve plus. Sa seule échappatoire est de jouer au basket avec les copains de la cité.

Le hasard les fera se croiser une fois par hasard.  ils n’auraient jamais dû se revoir. Mais les deux adolescents partagent bien plus que la passion du basket. 

J’ai lu ce livre cet été avant de savoir qu’il était dans la sélection du Prix collégiens lecteurs de Gironde et je l’avais bien aimé. Les personnages sont attachants et on retrouve la thématique de l’égalité filles/garçons dans le domaine du sport. Un de mes chouchous de cette année.

L’été des Perséides

Jonas, 18 ans, est guide touristique dans la mangrove en Floride. Le lendemain d’une grosse tempête, il découvre que son collègue Evans a eu un accident et que son corps a mystérieusement disparu. Accompagné d’Ana, une amie d’Evans, Jonas part à sa recherche. Dans la région, les disparitions mystérieuses se multiplient et on retrouve des inconnus errant dans les rues, hagards et désorientés.  Les deux jeunes gens finissent par tomber amoureux.

Le style de ce livre est le plus mature de la sélection. Il y a une ambiance de série américaine pour ados. On frisonne avec eux, on se pose les mêmes questions et on vit leur amour avec eux. A réserver pour les 4e et 3e à mon avis.

 

Corps de fille

Pour Agathe, 14 ans, cette année, les grandes vacances sont pourries : Sofiane, son meilleur ami, a une petite amie et a  moins de temps à lui consacrer. Son corps change et le regard des autres sur son corps aussi. Comment apprivoiser ce corps et faire comprendre aux autres qu’il est à soi ?

Alors quand en soirée, on l’oblige à embrasser

Lors d’une soirée, les garçons organisent un jeu stupide où le gage est un baiser ; c’est ainsi que Warren l’embrasse sans son consentement, devant tout le monde : c’était son premier baiser et on le lui a volé.

Dégoûtée et révoltée, Agathe trouve refuge dans la boxe, où elle fait la connaissance de Billie qui va l’aider à reprendre confiance en elle et à se sentir prête à se battre pour se faire respecter.

Ce livre traite du consentement, de la place des filles et du droit de disposer de son corps. Tout comme le syndrome du spaghetti, le sport a ici une place importante et rappelle que le sport n’est pas réservé aux hommes même si cela implique de donner des coups. 

Une des choses appréciables de ce récit c’est que la relation entre Agathe et Sofiane est vraiment purement amical, presque fraternel. Ce petit détail évite de faire passer Agathe pour une jeune fille jalouse.

A mettre dans toutes les mains !

Le chant de Loon

Au cours d’une de ses balades en forêt, Henri Lajoie,  rencontre la classe de Loon. La petite autiste intrigue rapidement le botaniste. La petite est en retrait par rapport à ses petits camarades et elle est d’un abord réservée. Mais au fil des rencontres d’Henri et des petits élèves de la classe nature permet à chacun de s’ouvrir au monde.

Ce livre est poétique, lent et contemplatif. Il se lit facilement mais j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages. Peut être parce que le récit est fait du point de vue du vieil homme.

 

L’âge du fond des verres

On a tous un jour, à l’école, jouer au jeu de l’âge du fond des verres. Mais si ! Vous voyez le chiffre inscrit au fond de ces verres Duralex increvables ! A l’époque, plus on avait le plus grand chiffre plus on était vieux plus on était fiers. 

Pour Guilène qui vient de rentrer en 6e, vieillir ce n’est pas si bien finalement. Et l’entrée au collège non plus.

Dans la cour, on ne joue plus, on se promène entre amis en jugeant les autres. On ne s’invite plus pour jouer à la poupée mais on fait des “soirées”. Mais surtout on se rentre dans le moule. Et pour Guilène, c’est une galère. Ses parents, deux vieux originaux lui collent la honte avec leurs habits de vieux et leurs habitudes excentriques…. Son prétendant met en cachette du Mont d’or dans son cartable pour la séduire (et embaumer la classe au passage!).

Ce livre décrit bien le passage de l’enfance à l’adolescence, l’entrée au collège On y retrouve l’esprit de Lola à la folie d’Alexandre Chardin mais cette fois-ci du côté féminin. 

Il plaira sans nul doute aux plus jeunes.

 

 

 

 

0

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.