Mon premier tote bag

Avant de me lancer dans la fabrication des lingettes lavables, il a fallu que je prenne la machine à coudre en main. Autant la partie « mécanique » de la mise en route , en bonne bidouilleuse ne me posait pas de problème autant la partie couture me semblait compliqué. Alors j’ai pris un cours de 2h auprès d’une grande enseigne de tissus.

Le cours

Pour participer à cet atelier, il fallait avoir le nécessaire pour une première fabrication qu était automatiquement un tote bag. J’avoue avoir été un peu déconcertée, moi qui voulais juste apprendre à coudre des lignes droite pour mes 2 projets en vue.

J’ai pris le cours débutant, mais il s’est avéré assez rapidement que l’utilisation de la machine et les règles de bases de la couture ne me posait aucun problème. J’ai fini par aider les autres participants !

Leçon du jour

  • comment faire le point d’arrêt : On fait un point puis on recule d’un point
  • Comment surfiler
  • Comment faire a couture en angle : On arrête de piquer, on relève le pied presseur, on tourne le tissu, on abaisse le pied presseur. On s’assure manuellement que l’aiguille tombe bien où on veut.
  • Comment faire une canette : Insérer le fil sur le support, mettre la canette à l’emplacement prévu à cette effet, et mettre la machine en route. Il faut accompagner le fil pour faire une canette harmonieuse.

Matériel

  • 2 carrés de 45 cm *45 cm d’un tissu pour l’extérieur
  • 2 carrés de 45 cm *45 cm d’un tissu pour la doublure
  • du fil
  • 1m50 de sangle
  • 1 bouton
  • 1 reste de tissu pour les poches
  • de la lie

Réalisation

1/ Découper dans les tissus les 4 carrés de 45 cm *45 cm

2/ Les disposer envers contre envers. Bien les épingler

Mettre les épingles perpendiculaire au tissu. Comme cela, on peut coudre par dessus sans problème.

3/ Faire le point d’arrêt et coudre les 3 côtés.

4/ Surfiler les côtés

5/ Retourner le tissu. 

6/ Faire la même manipulation pour l’intérieur.

La doublure

1/ Découper le tissu pour les poches.

2/Faire un petit ourlet propre.

3/ Positionner les poches sur la face extérieur du tissu à l’aide d’aiguilles, puis passer le tissu à la machine à coudre

4/ Retourner le tissu de la doublure. Le positionner dans le sac et le fixer à l’aide d’épingles

5/ Couper la sangle en 2 morceaux égaux.

6/ Positionner la sangle entre la doublure et le sac d’un côté à l’autre d’une face du sac. On obtient ainsi la 1e anse du sac. Reproduire la même opération sur la 2e face du sac à l’aide du 2e morceau de sangle.

7/ Coudre le sac, la doublure et la sangle à la machine

Les finitions

Afin de rendre le tote bag plus solide et pratique j’y ai ajouté deux ou trois petites choses : 

J’ai renforcé la fixation des anses en cousant la sangle directement sur le sac.

Pour la fermeture du sac, j’ai procédé en deux étapes :

  •  Coudre un bouton au milieu de la face avant du sac avant.
  • Pour fermer le sac, faire 2 entailles dans la face cachée du sac 
  • A l’aide d’une épingle à nourrice, insérer la lie dans l’entaille et tourner le nœud de façon à le cacher dans la doublure.

 

 

0

Les lingettes lavables

Suite à ma mésaventure avec le coton de tige, j’ai décidé de me faire un kit pratique et durable pour l’entretien de Tic et Tac mes appareils auditifs  en réalisant des lingettes lavables . 

Matériel

  • 1 coupon de tissu
  • 1 vieille serviette éponge
  • 1m de lie
  • ciseaux
  • machine à coudre

Préparation

 

1/ Faire le gabarit en carton à l’aide du modèle accessible ici. Elles font 10 cm sur 10 cm mais on a besoin de carré de 12 cm sur 12 cm.

2/ Tracer les contours du gabarit sur l’envers du tissu et de la serviette

3/ Découper les deux tissus en suivant les fores tracées à l’étape 2

4/ Mettre un carré de tissus et de serviette envers/contre-envers, c’est à dire côté non imprimé du tissu contre côté « rêche » de la serviette

5/ L’épingler sur 2 côtés

6/ Coudre 3 côtés intégralement. Le 4e doit être fait en partie seulement de façon à pouvoir retourner le tissu. 

L’astuce consiste à commencer en bas du coté et de terminer le tour par le haut jusqu’à 2 cm. On commence toujours pars un « point d’arrêt », c’est à dire qu’on pique 1 point ou 2 en avant puis 1 en marche arrière.

7/ Retourner le tissu par l’ouverture laissée. Bien former les angles à l’aide de la pointe du ciseau ou d’une baguette chinoise.

8/ Insérer la lie dans l’ouverture en formant une boucle.

9/ Commencer à piquer le tissu en commençant par le côté où il y a la lie. Cela permet de refermer l’ouverture.

Et c’est terminé ! Elles sont jolies, pratiques à utiliser et faciles à laver. J’ai choisis d’y ajouter une petite bride pour pouvoir le pendre facilement pour par exemple les faire sécher en voyage. Bonne bidouille !

0

Adieu coton de tige !

Le coton de tige il y en a dans toutes les salles de bain. Enfin, il y avait dans toutes les salles de bain et trousse de toilette car il est désormais banni de la mienne.

Pourquoi me direz-vous ? Parce qu’il n’est pas écologique ? Parce qu’il peut rentrer trop long dans l’oreille  et blesser le tympan ? C’est en partie pour toutes ces raisons que je ne m’en sers plus mais surtout suite à une de mes mésaventures en voyage scolaire.

Mais où est passé le coton ?

Lors  d’un voyage scolaire à Paris, nous étions logés nos 43 élèves et nous  en auberge de jeunesse. Le soir tombe après une journée bien chargée, enfin au calme dans notre chambre, je me prépare à aller me coucher.

J’enlève mes appareils auditifs, les nettoie avec la lingette jetable prévue à cet effet, tout en papotant avec ma camarade de chambrée. L’air de Paris, la pollution a du m’assécher les oreilles qui me démangent. Je décide de les hydrater à l’aide d’un coton de tige imbibé d’huile d’amandes douces.

Je bavarde tout en faisant aller et venir le coton de tige au debut du conduit de ma seule oreille en état de marche. Premier aller-retour, tout va bien. Sauf qu’au troisième je me rends compte que le coton n’est plus au bout du bâtonnet ! il me reste que le bâton. Le coton est dans mon oreille !

Au secours ! Ma camarade de chambrée me dit qu’elle ne le voit pas….Me voilà imaginant le scénario catastrophe : devoir quitter le groupe pour aller aux urgences à cause…d’un coton de tige ! Heureusement, grâce à l’huile en massant l’oreille, le coton remonte et Valérie, ma sauveuse, a réussi à le rattraper à la pince à épiler (Merci Valérie ! ). 

Cette mésaventure m’a obligé à chercher une alternative au coton de tige …et j’ai trouvé et fabriqué un kit de voyage.

Matériel

  • un petit pinceau à maquillage
  • 1 stylo bille type gel
  • 1 tube échantillon de parfum
  • de l’huile d’amande douce 

Mode d’emploi

1/ Démonter le stylo. il faut qu’on puisse dévisser la mine.

 

2/ Enlever la mine du stylo

3/ Glisser le pinceau mine en avant dans le tube du stylo

4/ Revisser le support de mine et mettre le bouchon

5/ Verser l’huile dans le tube d’échantillon de parfum que vous aurez bien nettoyer avant.

Pour appliquer l’huile, il suffit de sortir le pinceau du crayon, d’en tremper la pointe dans le tube d’huile et le passer le pinceau sur la paroi du conduit auditif.

Afin de compléter ce kit de voyage, j’ai réalisé des lingettes qui feront l’objet d’un prochain article.

1

Les boucles d’oreilles fleur

Voici ma dernière création qui date d’un petit moment déjà.

Matériel

Pour cette réalisation, il faut :

  • du ruban
  • des perles
  • un support de bague
  • du fil et une aiguille
  • de la colle
  • des tiges à boucles d’oreilles
  • des anneaux et des supports à boucles d’oreilles

 

Réalisation

A) Les fleurs

1/ Couper une bonne longueur de ruban

2/ Faire une boucle avec ce ruban. La fixer à l’aide d’un point de couture.

3/ Renouveler l’opération jusqu’à la fin du ruban.

4/ Enrouler les plis pour constituer la fleur et fixer les 2 extrémités à l’aide d’un point de couture

On va commencer par la plus facile des réalisations : la bague

B) La bague

1/ Coller la fleur sur le support de bague à l’aide du pistolet à colle

2/ Laisser sécher

3/ Coller la perle au centre de la fleur à l’aide du pistolet à colle

Voilà la bague est prête !

Passons maintenant à la suite :

c/Les boucles d’oreilles

1/ Coller la perle sur la fleur à l’aide du pistolet à colle

2/ Passer la tige de la boucle d’oreille à travers au moins 2 coutures du ruban

3/ Assurer la fixation à l’aide d’un point de colle

4/ Replier la tige en formant un anneau

5/ Insérer un anneau dans l’anneau de la tige. Y insérer le support de boucle d’oreille

Il faut bien faire attention au sens des anneaux de fixation sinon la boucle d’oreille pendra de travers.

Il faut veiller à ce que les trous de la perle soient bien cachés par le ruban.

0

Les boîtes à bidouilles

J’ai vu passer dernièrement sur Facebook, le recyclage de boîtes de petits bonbons à moins de 2 calories en parfaites boites à bidouilles. Vides, on peut y ranger plein de choses facilement avec une petite ouverture facile dont des piles d’appareils auditifs. J’en ai fait plusieurs séries, plus ou moins réussies.

J’ai essayé différents matériaux de customisation. Il y a des matières qui se sont avérées inadaptées.

Les essais

J’ai essayé de les recouvrir avec du papier adhésif imitation bois. Cela n’a jamais pris sur les boîtes. Encoller les boîtes et coller le papier dessus s’est révélé décevant.

 

Pour le couvercle, je n’ai tenté que la peinture argentée en bombe.Le résultat est correct.

Le matériel

  • Boîtes de bonbons à moins de 2 calories
  • Du tissu adhesif
  • Des étiquettes fantaisie
  • Peinture en bombe

Réalisation

1/ Décoller les autocollants des boites

2/ Bien les nettoyer pour enlever toute trace de la colle précédente.

3/ Faire un gabarit papier pour avoir le modèle à reporter sur le tissu adhésif

4/ Découper le tissu selon le gabarit

5/ Retirer le couvercle de la boîte en insérant un ciseau dans l’ouverture

6/ Positionner la boîte sur le tissu

7/ Décoller le tissu de l’autocollant. Le placer au bout de la boîte et le décoller au fur et à mesure qu’il adhère à la boîte en marouflant.

8/ Peindre le couvercle à la bombe

9/Mettre le couvercle sur la boîte. Et la décorer avec des étiquettes adhésives ou autres selon votre envie

Et voilà une série de boîtes à merveilles facilement réalisée !

Aucun bonbon n’a été torturé pour cette réalisation, aucun kilo pris…..

0

Le pull de Noël

Un peu partout, la tradition anglo-saxonne du pull de Noël s’est imposée. Lorsqu’au collège, une collègue a lancé l’idée que le dernier jour avant les vacances, profs et élèves portent un pull ou accessoire de Noël, plutôt que d’acheter un pull tout fait-ce qui aurait été compliqué au vu de ma taille, j’ai décidé de customiser un de mes pulls.

Matériel

Un pull – 2 guirlandes
– Des épingles à nourrice
– Ruban
– Mini boules de Noël
– Épingles parisiennes décor Noël
– Un morceau de neige à crèche

Préparation

41/Étaler le pull

2/ Accrocher les guirlandes sur le pull en commençant par les épaules à l’aide d’épingle à nourrice. Les répartir sur le pull.

3/Fixer les mini boules de Noël en passant la boule dans la boucle d’attache

4/ Ajouter la fausse neige au col. Le fixer à l’aide d’une agrafeuse

5/ Faire des petits nœuds à l’aide de ruban. Les fixer sur des épingles à nourrice et les répartir un peu partout sur le pull.

6/ Mettre les épingles parisiennes en les insérant entre les mailles du pull et en repliant les petites pattes dans le pull.

0

Bidouilles de Noël 2018

Pour une fois je m’y prends tôt pour faire mes décorations de Noël mais entre la météo exécrable et le fait que mes oreilles « bioniques » épuisent mon cerveau à une vitesse folle, j’ai préféré rester au coin du feu à bidouiller.

L’an dernier, je m’étais lancé avec plus ou moins de succès dans des chouettes en laine. Cette année, j’ai customisé des …Pommes de pin.

Matériel

  • Pommes de pin bien ouvertes
  • 1 bombe de peinture argent
  • 1 pistolet à colle
  • des chutes de ruban, de laine, des perles etc…tout ce qu’on peut récupérer

Préparation

La décoration 2018

Elle est beaucoup plus épurée que l’an passé. Il y a beaucoup de récup’, notamment pour la « patinoire »

0

La malle à bois

L’hiver approche à grands pas et le froid aussi. Le chauffage au bois est agréable mais il a quelques petites contraintes. On dit que le bois chauffe au moins 3 fois : quand il est coupé, quand tu le transporte, quand tu le stères et quand tu le rentres dans la maison.

Ranger 7 stères c’est du sport. Le stocker à l’intérieur pour en avoir assez pour se chauffer sans avoir à retourner dehors et tout salir, compliqué. Avant j’avais un grand sac pour le bois, mais il fallait le remplir tous les jours. Pas pratique quand on rentre tard. Et j’ai finalement trouvé une solution aussi pratique qu’esthétique : La malle à bois.

Pour cela, j’ai customisé une vieille malle que j’ai trouvé sur le bon coin. Après quelques aménagements, elle a fière allure. 

Matériel

  •  malle
  • 4 roulettes
  • une planche d’aggloméré
  • une baguette
  • 2 poignées en fer noir
  • 2 Charnières
  • des vis
  • des pointes
  • cire
  • peinture noire
  • lasure Xylophène
  • 2 morceaux de chaine ou de sangle

Réalisation

1/ Nettoyer la malle. 

2 Démonter les poignées 

3/ Lasurer le bois avant de bien le traiter contre les termites

4/ Peindre les ferrures en noir

5/ Couper l’aggloméré aux dimensions de la malle

6/ Tracer l’emplacement des vis des roulettes. Percer l’aggloméré et visser les roues sur la planches

7/ Positionner la malle sur la planche et la fixer dessus au moyen de vis à bois. On les visse à l’intérieur pour que cela soit plus pratique à réaliser

8/ Découper la baguette à l’aide d’une boite à onglets.

9/ Pointer la baguette sur le rebord en aggloméré

10/ Fixer les poignets sur les côtés à l’aide de vis à bois

Dans mon cas, un concours de circonstances a fait que le couvercle est amovible. Je devais changer les charnières mais finalement elle est bien plus pratique à utiliser l’hiver sans. Je remets le couvercle aux beaux jours quand je n’utilise plus le poêle? Je me sers alors de la malle pour ranger tout le matériel de chauffage.

Si vous souhaitez conserver le couvercle, voici la marche à suivre

1/ Vérifier les charnières. Si elles ont trop petites ou usées, les changer. Pour cela, il suffit de dévisser les vis et de mettre de nouvelles charnières.

2/ Les 2 bouts de chaîne ou de sangle (matière à choisir selon l’esthétique voulues) servent à retenir le couvercle pour éviter qu’il bascule vers l’arrière. Mesurer la diagonale entre le milieu du couvercle et le côté de la malle.

3/ Pour une chaîne : Passer une vis dans un maillon et visser dans le bois du couvercle et de la malle. Pour une sangle : Percer la sangle avec la vis et procéder de la même façon que pour la chaîne.

 

1

Pour les amoureuses de littérature

Dernièrement sur un célèbre réseau social, en partageant des photos de bijoux et de vêtements basés sur la biblio-économie, j’ai flashé sur une paire de boucles d’oreilles basée sur la Dewey et sur un de mes auteurs Anglo-saxonnes préférées : Jane Austen.

Je me suis alors dit pourquoi ne pas essayer de réaliser moi-même ces boucles d’oreilles.

Pour réaliser ces deux parures, j’ai donc dévalisé une célèbre enseigne de loisirs créatifs.

Matériel

– 1 support pendentif

– 2 supports boucles d’oreilles

– 2 attaches boucles d’oreille

– Anneaux laiton petit format

– 1 chaîne laiton

– 3 cabochons verre ( petit et grand format)

– Ruban

– feuilles décorées ou non

– colle

Fabrication

1/ Le montage des boucles d’oreilles

  • Monter les attaches de boucle d’oreille sur les supports. J’ai mis deux anneaux laiton entre le support et l’attache afin d’alléger le tout et permettre à la boucle d’oreille de bien descendre.
  • J’ai fait mon décor de boucle d’oreille à l’ordinateur à l’aide de Piktochart, puis je l’ai imprimé. Je me suis ainsi fait des gabarits.
  • Prédécouper le décor. Pour faciliter la découpe, j’ai coupé grossièrement au ton du décor. J’ai ensuite utilisé le cabochon comme gabarit. Puis j’ai réalisé les découpes selon ce contour.
  • Puis le positionner sur le décor, appliquer par dessus le cabochon. Bien appuyer pour avoir la marque servant à découper le surplus.
  • Appliquer la colle sur le support et coller le décor.
  • Une fois sec, mettre de la colle et positionner le cabochon.
  • Découper des morceaux de ruban de 5 cm de long.
  • Passer le ruban dans le 1e anneau au dessus du support et le nouer. Une fois le noeud fait et bien serré, mettre à niveau les pointes du ruban et les couper à la même hauteur.

2/ Montage du collier

  • Monter un anneau sur le haut du support
  • Pour le décor, même procédé que pour les boucles d’oreilles : découpage, collage etc..
  • Passer la chaîne dans l’anneau.
  • Passer un ruban de 10 cm le haut du support. Le nouer, bien serré. Égaliser les pointes et couper.
  • Monter des anneaux sur la chaîne à une distance égale des 2 côtés.
  • Passer les rubans de 5 cm de long dans chacun des anneaux et les nouer. Égaliser et couper les pointes.

Les 2 parures « Austen » et « Brontë » me sont revenues à 15€ pour les deux, sachant qu’il me reste des attaches et des anneaux en réserve.

Suite à une demande, j’ai également réalisé ce collier.

0

Le pot-pourri maison

Avec les vacances voici une bidouille ultra-rapide : un pot-pourri maison.

Ingrédients

Pour le réaliser, rien de plus facile : il vous faut :

 

  • un agrume : Orange, citron, Pamplemousse etc..
  • un couteau

Préparation

1/ Peler l’orange en prenant bien soin de le faire en un seul et unique ruban.

2/ Enrouler le ruban sur lui-même pour former la fleur

3/ Et profiter de son parfum d’agrumes où vous le souhaitez. L’hiver sur un radiateur, piqué avec un  peu de cannelle, voici un parfum d’ambiance agréable.

 

 

 

 0