Goldorak et compagnie : Lecture BD 2022

Cela fait un petit moment que je n’ai pas fait de compte rendu de lecture. Ce n’est pas faute d’avoir lu !

Voici donc une récap’ de mes dernières lectures : 

Goldorak

Oui j’avoue j’ai été faible. A l’annonce de la sortie en BD des nouvelles aventures de mon tout premier héros de manga animé, je n’ai pas résisté. Et je n’ai pas été déçue.

L’histoire : 

Dans l’animé, l’empire de Véga vient de réduire en cendre la lointaine planète d’Euphor. Actarus, son prince, assiste impuissant à la mort des siens. Il parvient néanmoins à échapper au massacre en s’emparant de Goldorak, le plus puissant des robots de combat. Au fil des épisodes, lutte contre différents Golgoths envoyés sur terre pour le détruire.

 

La BD reprend quelques années plus tard après la fin de l’animé. Les personnages ont tous vieilli et la guerre entre les forces de Véga et Goldorak est un lointain souvenir. Actarus et sa sœur sont repartis sur Euphor tandis qu’Alcor et Vénusia tentent de mener une vie normale.

Jusqu’au jour où, issu des confins de l’espace, surgit le plus puissant des golgoths de la dernière division de Véga : Hydragon. Face à lui, les armées terriennes sont balayées et  Véga exige  sous peine de destruction totale que tous les habitants du Japon quittent sous  sept jours pour leur pays et laisser les forces de Véga coloniser l’archipel. Face à cet ultimatum impossible, il ne reste qu’un dernier espoir, le plus grand des géants… Goldorak.

Mon avis

La BD est fidèle à l’animée. On sent qu’elle a été faite par des fans. Au début, j’ai été un peu désarçonnée par le dessin qui est entre comics, Manga et BD franco-Belge. Mais j’étais ravie de revoir Alcor, Venusia et le professeur. Actarus est plus sombre. Il est lassé de se battre. Le seul qui n’a pas vraiment pris de rides -à part Goldorak bien-sûr- est le professeur Procyon. Il est pas mal lu en collège.

(Darquié va reprendre Saint Seiya le 30 septembre 2022 !)

Spirou, L’espoir malgré tout d’Emile Bravo

C’est une série dérivée de Spirou et Fantasio. Elle est composé à l’heure actuelle de : 

  • Le journal d’un ingénu, Dupuis, 2008 : Une sorte de préquel à la suite
  • Première partie : Un mauvais départ, Dupuis, juillet 2018. 
  • Deuxième partie : Un peu plus loin vers l’horreur, Dupuis, octobre 2019
  • Troisième partie : Un départ vers la fin, Dupuis, octobre 2021
  • Quatrième partie : Une fin et un nouveau départ, Dupuis, mai 2022.

L’histoire : 

Bruxelles, . Spirou, jeune groom du Moustic hôtel retrouve son ami Fantasio. Devenu soldat, celui ci est affecté à la forteresse Ében-Emael, pièce maîtresse de la défense de la Belgique en cas d’attaque allemande. On suit donc la vie de Spirou et Fantasio pendant la Seconde Guerre Mondiale en Belgique.

Mon avis

Le fait d’avoir la guerre du point de vue de la Belgique éclaire sur comment cette période de l’Histoire  a été vécu en dehors de la France et de l’Allemagne. Les personnages sont attachants. Spirou est un ado travailleur et raisonnable là où Fantasio, plus âgé veut profiter de sa jeunesse. Je ne me suis pas ennuyée un instant à la lecture des 4 premiers tomes. Vivement la lecture du dernier tome !

Dans la tête de Sherlock Holmes

La série est en cours pour l’instant. Elle compte 2 tomes.

L’histoire  

C’est une enquête de Sherlock Holmes mais vue du point de vue du célèbre détective et non plus de celui du Dr Watson. Le Dr Herbert Fowler a été retrouvé au matin dans une rue de Londres, blessé et en état de choc. Ses propos décousu et son amnésie ont attiré l’attention du détective le plus réputé de Londres, Sherlock Holmes. Les 2 tomes sont liés.

Mon avis

Cette revisite de Sherlock Holmes est génial ! Il y a plein de bonnes idées. Dans certaines pages, le lecteur se balade vraiment dans la tête de Sherlock. Il y a des énigmes à découvrir dans les pages qui suivent le fil de la pensée de notre héros. Les 2 tomes sont très appréciés en collège. J’avais peur qu’ils soient un peu fragiles avec cette couverture en relief et les pages à replier mais il aurait été dommage de ne pas les proposer  aux élèves.

Je ne suis pas née dans le bon corps

J’ai lu ce manga lors de ma préparation de la formation égalité Filles-garçons. J’avais pour thème la transidentité (Document disponible ici).

L’histoire

Dans cette autobiographie, la mangaka Mafuyu Konishi  raconte en détails son séjour en Thaïlande et sa chirurgie de réattribution sexuelle, les épreuves physiques et psychologiques auxquelles elle a dû faire face avant et après l’opération.

Mon avis

La question de l’identité se pose souvent à l’adolescence et ce n’est pas forcément un thème facile à aborder. L’auteur ici raconte avec humour son parcours. Les détails « techniques » étaient intéressants et gros plus de cette édition française, les notes de bas de page indique les différences entre le traitement de la transidentité en France et en Asie (traitement médicaux, législation etc…). A partir du Lycée

La bibliomule de Cordou (Lupano)

Ce n’est pas le premier livre de Wilfried Lupano dont je parle ici : En effet, je suis fan du Loup en slip et Blanc autour était très chouette.

 

L’histoire

Califat d’Al Andalus, Espagne. Année 976

Le calife al-Hakam II meurt jeune, et son fils n’a que dix ans. L’un de ses vizirs, Amir veut prendre le pouvoir. Il n’a aucune légitimité, mais il a des alliés dont des religieux radicaux. Le prix de leur soutien est élevé : ils veulent voir brûler les 400 000 livres de la bibliothèque de Cordoue.

La veille du plus grand autodafé du monde, Tarid, eunuque grassouillet en charge de la bibliothèque, réunit dans l’urgence autant de livres qu’il le peut, les charge sur le dos d’une mule qui passait par là et s’enfuit par les collines au nord de Cordoue, dans l’espoir de sauver ce qui peut l’être du savoir universel.

Accompagné de Lubna, une jeune copiste noire, et par Marwan, son ancien apprenti devenu voleur, il va  traverser presque toute l’Espagne avec une « bibliomule » surchargée, poursuivi par des mercenaires berbères.

Mon avis

J’ai beaucoup aimé cette bande dessinée pleine d’humour et de tendresse. On suit les aventures de ce petit groupe à travers l’Espagne. Le dessin est doux et le scénario enlevé.  On s’attache facilement aux personnages dont notamment cette pauvre mule. Néanmoins, je ne suis pas sûre que ce livre soit accessible à des collégiens.

 

 

 

 

 

 

 

0

Le syndrome du spaghetti

Nouvelle lecture : Le syndrome du spaghetti de Marie Vareille aux éditions Pocket junior. Il a gagné le Grand prix Babelio jeune adulte en 2021 et existe en versio audio.

L’histoire

Léa, 16 ans, rêve d’un grand avenir sur les terrains de basket. Avec son père qui la coache et son meilleur ami Nicolas, ils ont un grand projet : le Map. Léa et Nicolas joueront dans les plus grandes équipes des USA.  Elle vit, respire et dort basket. Elle ira à l’INSEP à la rentrée.

À 17 ans, Anthony, obligé de faire face à l’absence de son père et aux gardes à vue de son frère, ne rêve plus depuis longtemps.

Mais la mort brutale du père de Léa à cause du syndrome de Marfan brise se rêve et change à jamais la vie de Léa.

Comment vivre une vie d’adolescente normale après le deuil d’un parent aimé et adulé ? Comment accepter d’abandonner ses rêves de basket à cause d’une maladie héréditaire ?

Sa rencontre avec Anthony lui permettra de surmonter ce deuil et de faire ses premiers pas dans la vie d’adulte.

 

Mon avis

Ce roman réaliste met en avant une maladie héréditaire : le syndrome de Marfan. C’est une maladie génétique rare. Il est caractérisé par l’atteinte d’un ou plusieurs organes et peut notamment provoquer des troubles squelettiques (grande taille, scoliose), ophtalmologiques, cardiaques. 

L’histoire est inspirée de la vie réelle de l’auteur. Le ton est juste et on s’attache à ces personnages.

On assiste au prévisible croisement de deux personnages qui viennent de deux milieux différents. Mais c’est justement ces différences qui leur donnent la force de se battre.

Léa est forte et doit s’imposer dans un sport collectif ou la mixité n’est pas vraiment reconnu. Elle est plus forte que certains garçons et cela est plutôt mal vu. Son père la protégeait et sa mort a plongé la jeune fille dans un profond désarroi. L’annonce de sa maladie encore plus. La psychologie des personnages est juste et touchante.

Enfin, ce livre juste sur l’adolescence et le deuil a toute sa place sur les étagères des CDI.

 

 

1

L’odeur de la pluie

Titre tout indiqué vu la météo par très estivale de cet été : L’odeur de la pluie de Gwendoline Vervel  chez l’éditeur Scrinéo.

L’histoire

Mélodie et Faustine, meilleures amies depuis toujours rentrent au lycée. Tous les ans, dans une boîte cachée, elles écrivent leurs bonnes résolutions. Cette année cela sera « sortir avec les frères Fisch « , les beaux gosses ultra populaires du lycée et perdre leur virginité si possible avec l’un d’eux.

Fred est nouveau dans le lycée. Il est frêle et a été harcelé au collège. Pour lui, le lycée est un nouveau départ car il a un petit secret.

On suit la vie de ces adolescents jusqu’à une soirée qui devait être la soirée de leur vie et qui a virée au cauchemar mettant fin au rêve de passer une année idyllique.

Mon avis

On s’attache facilement aux personnages. Fred intrigue par son secret.

Le thème du transgenre est abordé avec délicatesse. On ressent bien toute la difficulté d’intégration que peut connaitre un adolescent face à cette situation. Le harcèlement, la question de l’identité est bien présent dans ce personnage. 

La question de la popularité ou non est bien présente : Les frères Colin en sont l’exemple même. Sous prétexte d’être ultra populaires, ils se croient tout permis et non aucun respect pour les filles. Elles ne servent qu’à assouvir leurs besoins.

Ce roman est poignant parce que justement les victimes ne se laissent pas faire. L’amitié, la solidarité et la bienveillance l’emportent sur l’intolérance, et l’on découvre qu’il est possible de se lever et de se battre contre l’injustice, même quand on est lycéen.

La première fois, la consommation d’alcool chez les adolescents sont également des thèmes très présents dans ce roman. C’est pour cela qu’à mon avis il n’est pas à laisser dans les mains des plus jeunes collégiens.

Un futur classique des CDI a mettre entre les mains de 4e et 3e uniquement.

 

 

0

L’été de tous les possibles

Lecture estivale : L’été de tous les possibles de Jennifer Niven.

L’histoire

Claude vit heureuse dans la petite ville de Mary Grove dans l’Ohio avec ses parents. Elle est à a la fin du lycée et elle est insouciante. Sa plus grosse préoccupation est de savoir quand et avec qui elle va perdre sa virginité. Elle s’apprête à passer un dernier été avec sa meilleure amie, Saz, avant leur séparation pour l’université. Elles ont prévu une virée entre filles.

Mais rien ne va se produire comme espéré. Ses parents lui annoncent leur séparation. Plus de road trip mais un exil avec sa mère sur une île pleine de souvenirs familiaux. Et sur cette île l’accès au téléphone portable et au réseaux sociaux est…. limité

Mon avis

Une chouette romance pas gnangnan avec des ado normaux, des familles dysfonctionnelles et un cadre privilégié.

L’écriture est facile et agréable, on s’identifie parfaitement aux personnages.

Le thème de « la première fois » est abordée de façon réaliste avec toutes les questions que se posent Claudine. Les ados ne sont pas ici pris pour des imbéciles.

A lire sans soucis dès la 4e/3e.

0