Bienvenue chez les entendants : épisode Marché de Noël

Aujourd’hui, j’ai voulu tester mes oreilles bioniques et leurs nouveaux réglages, quitte à braver les éléments. C’est la saison des marchés de Noël et il y en a un très chouette juste à côté de chez moi.
Il s’agit du marché de Noël d’un petit village se passant sur la place de l’église qui est en pente plutôt raide. Il est mignon, bien achalandé et bon enfant.Tous les ans, depuis que je suis arrivée dans la région, je vais y faire un tour.

J’ai donc testé le marché de Noël.

Cela commençait déjà mal. J’ai tourné un petit peu pour me garer. Je descends donc vers le marché de Noël. Juste avant de l’atteindre, j’entends la petite musique de fin de pile de l’appareil de droite…Mince, j’ai totalement oublié avant de partir de la changer.

Je ne l’ai pas fait hier car c’était une journée off/ repos du cerveau. Je décide de la changer avant de rentrer dans l’arène, histoire d’éviter de souffrir du brouhaha. Me voilà donc sur le trottoir en train de changer ma pile sans encombre.

Le contrôle visuel de sécurité de mon sac est juste pour la forme. Me voilà donc toute contente, malgré le vent froid et le temps gris, prête à déambuler dans les allées. Au début, tout va bien. Je descends tranquillement, je regarde quelques chalets. Il n’y a pas encore trop de monde. 

Mais cette joie de faire du lèche vitrine sera de courte durée. Les annonces au micro, la foule serrée et compacte gâchent le plaisir. Le fait que je descende l’allée n’arrange rien. J’ai le mal de mer. Ma vision tangue.

J’entends tout et rien. Il y a trop d’informations. Je n’entends plus rien réellement et je peine à lutter contre le vertige. Je n’ai qu’une envie sortir de la foule. 

Arrivée en bas de l’église, je trouve le chalet de notre libraire pro qui a un peu froid. Son stand un peu à l’écart a des faux airs d’oasis paisible. Jusqu’à ce que la fanfare se mette à jouer. Je me décide donc à remonter vers ma voiture. J’ai compatis un instant avec ces pauvres chiens au ras du sol, solidement attachés à leur laisse qui contrairement à moi, doivent subir tout se brouhaha et ne voir en plus que des paires de jambes…

Plus je monte vers le parking, plus la terre bouge….C’est quand même fou ça, je n’ai jamais eu le mal de mer sur un bateau, mais alors là sur la terre ferme, c’est affreux ! Juste au moment où je récupère ma belle auto, il tombe une énorme averse. Il était temps que je rentre !

Conclusion

J’ai testé mes oreilles au marché de Noël et …j’ai détesté ! Je n’ai pas pu profité du marché, des jolies créations des artisans, ni de l’ambiance. J’ai juste eu l’impression d’être dans une grosse machine à laver en mode essorage. Le côté positif est que cela ne m’a pas fatigué plus que ça…Donc le problème vient de mon défaut de spatialisation.

Je vais faire comme dans la chanson de Tryo


“j’me colle devant la télé soupe aux légumes bol de thé 
Et qu’on me foute la paix 
Si faut qu’on puisse à  ce point être mal le lendemain 
Dans son canap’, dans son canap’ on est bien

A quoi bon sortir se foutre la guerre” 

1

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.